L'harpagophytum, une solution naturelle aux douleurs



DESCRIPTION - HISTOIRE - ORIGINE - CULTURE

Harpagophytum - Plante fleurieL'Harpagophytum (Harpagophytum procumbens) est une plante herbacée vivace et rampante de la famille des Pedaliaceae, qui est communément dénommée « griffe du diable » ou « racine de Windhoek » (Windhoeck est la capitale de la Namibie). Elle est encore appelée par les anglophones grapple plant (« plante-grappin »), wood spider (« bois-araignée ») et plus communément Devil's claw (« griffe du diable »). Elle est principalement produite en Afrique du Sud, en Namibie et au Bostwana. Les fruits de cette plante présentent des excroissances courbes et très acérées dont la forme rappelle celle d’un grappin ou d’un harpon qui s’accrochent aux sabot des animaux (chevaux, bovins, ovins), lorsque ceux-ci s'en approchent, les blessant ainsi douloureusement et contribuant à la propagation des maladies dans les troupeaux. Le nom scientifique harpagophytum vient du grec ‘‘harpagos’’ signifiant ‘‘grappin’’ et ‘‘phyton’’, ‘‘plante’’.

Plusieurs peuples d’Afrique du Sud (Hottentots, Bantous et Bushmens) utilisent, depuis très longtemps la "griffe du diable" pour ses propriétés thérapeutiques, sous forme d'une décoction préparée à partir de son tubercule pour traiter les troubles digestifs et les douleurs articulaires (arthrite, rhumatismes, …). En 1904, un fermier allemand vivant en Namibie aurait cherché à comprendre quelle plante le sorcier de la tribu avait pu utiliser pour soulager l’un des siens de douleurs rhumatismales et aurait ainsi découvert cette tubercule. En 1950, des scientifiques allemends ont mis en évidence ses propriétés.

L’harpagophytum est inscrit à la Pharmacopée française depuis 1989. En 1992, des études françaises démontrent les propriétés anti-inflammatoires de la plante et confirment que son pouvoir est comparable à celui d’autres médicaments traditionnels. Il devient alors une alternative à des anti-inflammatoires et/ou antalgiques synthétiques.

En phytothérapie, on utilise les racines secondaires tubérisées de l’harpagophytum, de gros tubercules qui sont séchés puis pilés ou découpés en rondelles. Les tubercules, qui contiennent les constituants actifs, sont séparés des racines, car le mélange serait susceptible de neutraliser l’efficacité de la plante.

 

COMPOSITION - CONSTITUANTS - PRINCIPES ACTIFS

Les racines secondaires d’harpagophytum renferment :

- des Hétérosides iridoïdes : harpagoside, procumbine,
- des Phytostérols ou stérols végétals : beta-sitostérol,
- des Sucres: stachyose,
- des Flavonoïdes,
- de la Quinone : harpagoquinone.

L’harpagoside et le béta-sitostérol possèdent des propriétés anti-inflammatoires.


 

BIENFAITS - EFFETS SUR L'ORGANISME 

lombalgie-rhumatismeDouleurs musculaires et articulairesAnti-inflammatoire - Douleurs lombaires - Douleurs liées à l'arthrite - Douleurs musculaires et tendinites

Plusieurs essais cliniques ont démontré l'efficacité de l'harpagophytum pour soulager les douleurs lombaires aigües. De nombreuses études ont été effectuées, notamment en Europe, pour vérifier l’efficacité de la griffe du diable contre les douleurs arthritiques. En 1989, la Commission E allemande a approuvé l'usage de la racine d'harpagophytum pour contribuer au traitement des troubles dégénératifs du système locomoteur (squelette, muscles, articulations). En 1996, l'ESCOP a également reconnu son efficacité pour contrer la douleur accompagnant l'arthrose et la tendinite

Stimulation digestive - Manque d'appétit -Dyspepsie

En herboristerie, on considère que les principes amers stimulent les papilles gustatives, lesquelles signalent alors à l'estomac qu'il est temps de produire les sucs gastriques nécessaires à la digestion. C'est le mode d'action classique d'un apéritif. Or, il se trouve que la racine d'harpagophytum occupe le haut du tableau des indices d'amertume. L'ESCOP rapporte que des essais cliniques menés sur une période de 3 ans au cours des années 1970 ont démontré que la racine de griffe du diable, sous forme de décoction, pouvait atténuer l'intensité des malaises intestinaux, soulager la constipation et la diarrhée, éliminer la flatulence résultant de l'aérophagie ou de la dyspepsie et stimuler l'appétit. En 1989, la Commission E allemande a également approuvé l'usage de la racine de la griffe du diable pour traiter le manque d’appétit et la dyspepsie.

L'harpagophytum est ainsi utilisé pour:
- diverses manifestations articulaires douloureuses d'origine rhumatismale (arthrite, arthrose, rhumatismes chroniques, crise de goutte douleurs dorsales, lombalgie, fibrosite) ou d'origine traumatique (tendinite, foulure);
- les douleurs musculaires;
- stimuler l'appétit (sous forme de décoction);
- faciliter la digestion (réduction des troubles dyspeptiques et des douleurs digestives). 



 

PRESENTATION - ASSOCIATION - SYNERGIE

La forme habituelle d’administration de l’harpagophytum en phytothérapie est la poudre de plante totale sèche cryobroyée ou l’extrait sec de racine, sous forme de gélules, capsules, ampoules, jus et tisanes. Il existe également des pommades à l’Harpagophytum permettant des massages locaux et un soulagement rapide.

L'harpagophytum peut être associée à d'autres plantes: 

- Tendinites, foulures: Ortie feuilles ou Prêle
- Crise rhumatisme : Bruyère, Reine des prés ou Bouleau
- Spasmes : Passiflore
- Articulations gonflées : Arnica
- Décalcification, déminéralisation: Ortie, Prêle, Serpolet, Gentiane
- Arthrite : Prêle, Bambou
- Arthrose : Frêne ou Prêle
- Douleurs musculaires : Cassis, Bourrache, Reine des Prés, Chiendent
- Entorse : Saule, Cassis, Bouleau, Prèle, Arnica
- Goutte : Camphre, Girofle, Sarriette
- Torticolis :  Prêle
- Sciatique : Cassis

 

PRECAUTIONS D'EMPLOI  - EFFETS SECONDAIRES - CONTRE-INDICATIONS

Il est recommandé de ne pas utiliser la plante en cas d’ulcère à l’estomac ou au duodénum et de gastrite. Une diarrhée peut survenir à la suite de la consommation d’harpagophytum, mais les effets indésirables restent cependant rares.

Des cas d’hypertension artérielle consécutifs à la prise d’harpagophytum ayant été signalés, il est préférable pour les personnes souffrant de troubles cardio-vasculaires de demander conseil auprès de leur médecin. Un cas d'interaction avec la warfarine ayant été signalé, il est recommandé d'utiliser avec précaution l'harpagophytum, en cas de traitement par anticoagulant oral.

Par mesure de précaution, son emploi est également déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement.


 

COMMENT FAIRE LE BON CHOIX

S'adresser de préférence à des fabricants connus pour la qualité de leurs produits.

 

CONSOMMATION - MODE - DOSAGE

Il est conseillé d’utiliser l’harpagophytum de préférence en traitement de fond pendant un minimum de 3 semaines et ce jusqu’à l'obtention d'une nette amélioration des symptômes, voire jusqu'à leur disparition totale. Pour celà, il faut souvent escompter une durée de traitement d'environ 2 à 3 mois. En fonction des divers types de présentation, les doses sont proches de celles indiquées ci-dessous :
- Gélules : 3 à 4 gr de poudre de plante totale. A prendre de préférence au cours des repas.
- Décoction : en cas de rhumatismes, faire bouillir 1 cuillère à café de racine séchée dans une tasse d’eau pendant 10 à 15 mn. Absorber à petite dose pendant 1 à 2 jr.
- Infusion : laisser infuser 1 cuillère à café de poudre de racine séchée dans une tasse d’eau bouillante.
- Teinture : en cas d’arthrite associée à des troubles digestifs, prendre 30 gouttes diluées dans l’eau 2 fois par jour.
- Extraits aqueux : sous forme d’ampoules buvables prêtes à l’emploi.
- Pommade : elle sert à soulager les irritations, les ulcères et les brûlures.